Il est assis, jambes ballantes sur le quai, le fleuve est à ses pieds. Il incline légèrement la tête, avale goulûment la dernière gorgée de sa bière, se redresse, rote bruyamment, des perles apparaissent aux coins de ses yeux, il jette négligemment sa bouteille dans le fleuve. Il la regarde s’éloigner, souri, puis crache entre ses guibolles. Il n’entend pas les jeunes qui déambulent sur le pont au dessus de lui, il regarde ce flotteur vert porté par le flux continu. Le groupe est passé, la bouteille a filé au loin, il regarde les lumières qui jonglent sur l’eau, tout est calme. Il ne sent pas le froid.