Cette volière renferme une foule d’oiseaux, la plupart d’entre eux de noir vêtus, d’autres plus excentriques arborent couleurs et simplicité. Certains errent sans but précis, il y fait chaud. Ceux au sombre plumage se pressent, ils ne font que passer. Quelques uns s’adonnent à la folie. Le lieu est propice. Les rayons du soleil pénètrent la cage d’acier. Vous êtes en gare d’Atocha.